Studio Harcourt

Studio Harcourt entrée

Studio Harcourt fêtera en 2024 son 90ème anniversaire. Les frères Jacques et Jean Lacroix, patrons de presse, les photographes Cosette Harcourt et Robert Ricci sont ses fondateurs. Il a fait sa réputation grâce aux portraits artistiques en noir et blanc de personnages célèbres. Aujourd’hui Studio Harcourt Paris (son nom actuel) continue son activité dans l’esprit des fondateurs. Chacun peut se faire photographier au studio et avoir son image dans le style des portraits des célébrités du XXème siècle.

Photo-passions

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

l’histoire

Cosette Harcourt

Quatre fondateurs sont à l’origine de Studio Harcourt. Les frères Lacroix (Jacques et Jean) sont des patrons de presse qui ont besoin de portraits de qualité pour illustrer leurs magazines. Germaine Hirschfield changera d’identité pour échapper à la persécution des juifs. Elle devient célèbre sous le nom de Cosette Harcourt. Le studio qu’elle dirigera pendant 30 ans portera son nom. Le quatrième fondateur est Robert Ricci, fils de la couturière Nina Ricci.

Dans un premier temps, le studio s’installe rue Christophe Colomb, puis successivement avenue d’Iéna, rue de la Paix,  rue Royale, rue des Acacias, rue de Lisbonne, rue Jean Goujon. Depuis 2016, il réside dans un hôtel particulier du 16ème, 6 rue de Lota, sur 1 000 m²

Grâce au carnet d’adresse de Cosette le studio acquerra dès sa création une réputation dans le milieu du cinéma et de la culture. Avec un des frères Lacroix, son époux, Cosette crée un magazine nommé « Vedettes » qui utilisera les photographies du studio. Pendant la deuxième guerre mondiale, les occupants allemands et les personnalités de la collaboration sont les nouveaux clients. Les américains les remplacent à la libération.

Après guerre, la reprise

La paix revenue, le studio reprend ses activités sous la direction de Cosette Harcourt jusqu’à la fin des années 1960. C’est la période faste. En 1952 le magazine Life écrit : « Harcourt est le plus grand studio de portrait au monde, il vend du glamour et de la photographie haut de gamme »

Les premières difficultés financières apparaîtront dans les années 1980. Le ministère de la culture va racheter les fonds de photographies du studio (5 millions de négatifs accumulés de 1934 à 1991). Cette opération n’empêchera pas le dépôt de bilan de l’entreprise.

Un des anciens photographes Pierre-Anthony Allard reprend la société en 1993. En 2002, il s’associe avec Anne-Marie de Montcalm. Elle sera propriétaire de la marque, Allard en sera le directeur artistique. Puis en 2007, les difficultés financières conduiront le studio à la liquidation judiciaire.

Francis Dagnan, homme d’affaires passionné de photographie, rachète la marque et en confie la direction générale à Catherine Renard. Sous l’impulsion de ce duo, qui s’adresse à un public plus jeune, le chiffre d’affaires sera triplé en quelques années.

le style

Studio Harcourt, la prise de vue

Quand il veut se « faire tirer le portrait », le modèle doit se plier à la mise en scène du studio. Il doit accepter le « cahier des charges » :

La lumière, est produite par le fameux éclairage au tungstène hérité du cinéma des années 1930. Les spots en contre-jour, les effets moirés sur le fond et le halo enveloppant le regard contribuent à la mise en scène .

La pose, sobriété avant tout, le modèle est souvent de trois-quarts, parfois de profil, rarement de face. Le regard est généralement détourné ou levé, perdu dans le lointain. Exceptionnellement le regard peut être direct, fixé sur l’objectif.

Le cadre, l’absence de profondeur de champ, le fond neutre éliminent toute distraction du regard. Seul le sujet est important.

Le cadrage, le sujet est photographié en gros plan, plan épaule, ou plan poitrine.

Coffret portrait
La griffe

Se rendre au studio c’est vivre une expérience exceptionnelle qui se termine par la remise solennelle d’une superbe boîte noire contenant la photographie, numérotée, poinçonnée, enveloppée dans du papier de soie.

« Nous sculptons pour l’éternité la beauté du tréfonds. Mais en fait de burin, de ciseau,  de marteau, nous ne disposons que de la lumière. Or, la lumière, brute, clinique, ne se montre pas aussi loquace sur tous les types de visages. Aussi, les artistes du studio, doivent-ils en éprouver tous les registres, en maîtriser la grammaire, le phrasé, car, oui, photographier, c’est écrire la lumière. C’est la lumière immatérielle qui laisse l’empreinte, bien concrète, elle, livrée dans son cocon de papier de soie et son écrin griffé.

L’autre secret du studio : décontextualiser le modèle, le cadrer de près, si possible dépouillé de tout attribut distinctif, nimbé d’une lumière qui dédaigne résolument tout ce qui brille pour révéler la présence de l’être, le secret d’un esprit. Il n’y a pas un photographe en particulier, mais tout un studio, une ambiance. Sans cette ruche affairée autour du modèle, pas d’image propre à émouvoir »

François Dagnan, Président Directeur Général du Studio Harcourt, Paris

Studio Harcourt Paris, aujourd’hui

Aujourd’hui le studio réside dans un bel hôtel particulier, 8, rue de Lota dans le 16ème. Il revendique 5 millions de négatifs, 3 500 000 clients dont 3 000 célébrités. Il est labélisé « Entreprise du Patrimoine Vivant ». Outre ses portraits individuels, le studio propose des portraits professionnels, des portraits de couple ou de famille. Il officie également dans la photo publicitaire et la photo d’architecture.

Le café

Le Café Harcourt

Studio Harcourt est également un musée dans lequel vous pouvez découvrir une belle collection d’appareils photo. Il organise régulièrement des expositions temporaires et vous pouvez consulter les archives. Vous pourrez déjeuner au Café Harcourt (ou dîner les vendredis et samedis), réservation conseillée. La boutique propose des objets de prestige signés Harcourt. Ils sont également disponibles en ligne en suivant le lien ci-dessous.

Pour tout savoir sur les prestations offertes par le studio, voici le lien vers leur site :

Les portraits

Edith Piaf

Je ne pouvais pas finir cet article sans l’illustrer de portraits célèbres.

J’ai choisi celui d’Edith Piaf tiré par Cosette Harcourt elle-même, en 1946 et celui contemporain de Laetitia Casta. Pour en voir plus, je vous suggère de visiter la galerie dans le site du studio ou de consulter les livres consacrés au Studio Harcourt. J’en ai sélectionné plusieurs à retrouver dans la librairie :

Laetitia Casta

Dans les cadres suivants, vous pouvez laisser un commentaire, consulter nos publications dans les réseaux sociaux, vous abonner à notre bulletin d’informations. Les boutons carrés, au bas de l’écran sont à votre disposition pour partager cet article dans vos réseaux sociaux.

Musée de la photographie de Charleroi

Le Musée de la photographie de Charleroi est une référence en Belgique mais avec sa surface de 6 000 m² il est l’un des plus importants d’Europe. Une collection de plus de 100 000 photographies (plus de 800 sont exposées en permanence), 1 500 000 négatifs et 60 000 visiteurs par an assurent sa notoriété. J’ajouterai que le choix des expositions qui s’exonèrent des codes de la bien-pensance, les origines populaires de la région de Charleroi m’ont séduit.

Musée de Charleroi, carmel

Nous suivre sur les réseaux sociaux :

Musée de la photographie de Charleroi, l’histoire

C’est en 1978 que Jeanne et Georges Vercheval créent l’association Photographie ouverte. Georges est photographe, son épouse Jeanne est engagée dans la défense des classes ouvrières et militante pacifiste. Leur projet commun débute par une première exposition en 1979. Puis, ils acquièrent les premières photographies, les premiers appareils et ils organisent des expositions dans divers lieux de Charleroi

Dès 1980 les autorités, séduites par le succès de la première Triennale internationale de la photographie vont soutenir l’association et mettre à sa disposition un local La galerie du Musée de la photographie. L’association y organisera de nombreuses expositions.

Musée de Charleroi première extension

Extension 2000 © musée de la photographie

Puis, en 1987 un cap est  franchi avec l’installation du musée de la photographie dans les bâtiments de l’ancien carmel de Mont-sur-Marchienne. Le musée porte alors le nom de Centre d’art contemporain de la Communauté française. Il continuera à se développer. D’importants travaux sont entrepris en 1995 pour lui donner une conception plus moderne avec l’ouverture de la structure sur l’extérieur.

Extension 2008 © musée de la photographie

À partir de 2000, l’essor des collections demande encore plus de place. Sous l’impulsion du nouveau directeur Xavier Canonne, on créera de nouveaux espaces : accueil des visiteurs, collections permanentes et salles de conservation.

Finalement, en 2008, le musée inaugure sa nouvelle aile résolument moderne. Elle associe l’art et l’architecture, intégrant l’œuvre de l’artiste plasticienne Jeanine Cohen dans un projet conçu par Architecture Escaut. C’est ainsi que le Musée de la Photographie de Charleroi est devenu le plus vaste d’Europe.

Musée de la photographie de Charleroi, les espaces

Les espaces du musée sont mis à la disposition du jeune public dans le cadre de stages, de sorties scolaires, associatives ou même de sorties privées. Il est également possible de louer des salles pour des entreprises : réunion, forum, etc.

Musée de Charleroi, parcours découverte

Musée de Charleroi parcours découverte

Parcours découverte © musée de la photographie

C’est un véritable parcours initiatique à la fois ludique, éducatif et surprenant qui aborde les thèmes suivants :

  • Les précurseurs du médium
  • l’atelier du photographe du XIXème siècle
  • la  camera obscura 
  • les propriétés de la lumière.
  • mécanismes et particularités de la vision,
  • langage de la photographie
  • diffusion de la photographie : presse, publicité.
  • manipulation des images à des fins esthétiques, politiques ou commerciales.

Musée de Charleroi, chambre noire argentique

La chambre noire argentique

Retour dans le passé, au temps de l’argentique, quand on y pense ce n’est pas si vieux ! Les stagiaires découvrent comment s’opère un développement et ils apprennent les techniques des photogrammes, le principe du sténopé ou les procédés utilisés par les photographes surréalistes pour leurs créations artistiques. La pratique n’est pas oubliée avec l’expérimentation de ces différents procédés

<<< Chambre noire argentique © musée de la photographie

Musée de Charleroi, laboratoire numérique

Musée de Charleroi, laboratoire numérique

Revenons dans le présent, après la chambre noire, le visiteur mesure l’évolution du médium. En utilisant l’informatique, les élèves découvrent concrètement les notions de photographie : comment cadrer, capturer, retoucher et transmettre une image avec le service de l’informatique ?

<<< Laboratoire numérique © musée de la photographie

Musée de Charleroi, la salle du service des publics

La salle du service des publics

Cette grande salle est située dans la nouvelle aire du musée et elle est directement accessible par le parc. On y apprend l’utilisation du cyanotype et à travailler sur  les images : découpage, collage, peinture, assemblage. Les stagiaires apprennent la photographie, ils font appel à leur créativité et à leur imagination. Ce lieu accueille les stages, les ateliers et même les goûters d’anniversaire.

<<< Salle des services du public © musée de la photographie

Musée de Charleroi, La bibliothèque

13 000 ouvrages et 4 000 dossiers consacrés à la photographie constituent la richesse de la bibliothèque. Ils sont accessibles gratuitement au public (professionnels et amateurs).

Pour une recherche dans un domaine précis, il est recommandé de contacter préalablement les bibliothécaires pour qu’ils préparent votre visite.

Visite virtuelle

Avant de passer au chapitre suivant qui concerne les expositions, je vous propose la visite virtuelle du musée. Les bâtiments ont su allier la modernité avec l’architecture néogothique.

Vous pouvez cheminer dans le musée, passer d’une pièce à l’autre et lire les textes didactiques. Cette visite a beaucoup d’intérêt sur le web, déjà, et elle peut être un bon préalable à une visite physique.

Musée de la photographie de Charleroi, les expositions

Exposition permanente

Au début de son existence, le musée a démarré sa collection avec des dons (et des achats) d’images de la région et des photographies anciennes, réalisées par des professionnels et par des amateurs. La collection n’a pas cessé de s’enrichir pour atteindre aujourd’hui plus de 100 000 tirages.

Un autre rôle du musée est d’être gardien du patrimoine. Il conserve des images dans les conditions de stockage optimales conformes aux normes muséales internationales. Ainsi les collections de photographies de la Fédération Wallonie-Bruxelles et celles de la Province de Hainaut sont-elles conservées à Charleroi.

Le Musée développe sa collection avec des images de qualité et qui présentent un intérêt pour témoigner de  la place du médium dans la société.

Le musée de Charleroi, exposition permanente

Exposition permanente © musée de la photographie

Enfin, le musée présente les collections au public dans l’ancien carmel néogothique. Il ne s’agit pas d’étaler 100 000 tirages. Environ 800 photographies sont présentées simultanément en respectant la  chronologie de l’histoire de la photographie.

Dans les espaces plus contemporains on découvrira les œuvres classées par thème qui entrecroisent différentes périodes. Ces espaces accueillent également les expositions temporaires.

Expositions temporaires

Le musée de Charleroi divise l’année en trois périodes. Pour chacune de ces périodes, il présente 3 ou 4 expositions temporaires de qualité. Ces expositions occupent les salles 1, 2 ou 3 du bâtiment et parfois la galerie. Certaines cessions proposent en plus un film projeté dans la Boîte noire

Je présente pour chaque saison un résumé de ces expositions dans le Bloc-notes. Vous pouvez bien sûr consulter les expositions en cours directement sur le site du musée. Vous trouverez le lien à la fin de cet article.

Musée de Charleroi, informations pratiques

Le café du musée

Très agréable de pouvoir faire une pause entre les visites de deux espaces. Le café du musée permet de se désaltérer, ou de se restaurer (sandwiches, pâtes, salades ou gâteaux…). C’est un endroit tranquille avec une belle vue sur le parc. Si vous êtes en groupe, les responsables du café recommandent de les contacter préalablement  au 071/43.58.10.

Le parc

Après le café, un petit tour dans le parc ? 85 hectares de verdure avec des arbres remarquables classés au patrimoine de Wallonie. Mais pas question de vous évader : vous resterez cernés par la photographie. Des œuvres qui ont été présentées ces dernières années au musée ornent les murs d’enceinte du parc.

La boutique

Pour terminer la visite, la boutique propose toutes les éditions du musée et des ouvrages sur la photographie. En outre, des appareils photo et des accessoires, des objets de décoration et des idées cadeaux sont à la disposition du porte feuille des visiteurs !

Horaires

Jour de fermeture le lundi, les autres jours :

Du 1er avril au 15 octobre : 10 h à 18 h

Du 16 octobre au 31 mars : 10 h à 16 h 30

Musée de la photographie

11 avenue Paul Pastur, 6032 Charleroi

J’espère que cette présentation vous a plu. Vous pouvez devenir mécène ou ami du Musée de la photographie de Charleroi. Vous trouverez les conditions dans le site (bouton ci-dessus). à la rubrique « Nous soutenir ».

Dans les cadres suivants, vous pouvez laisser un commentaire, consulter nos publications dans les réseaux sociaux, vous abonner à notre bulletin d’informations. Les boutons carrés, au bas de l’écran sont à votre disposition pour partager cet article dans vos réseaux sociaux.

Musée de la photographie Charles Nègre

Musée de la photographie Charles Nègre

Le musée de la photographie Charles Nègre occupe un ancien bâtiment de la Société générale d’électricité, dans le vieux Nice. Il se situe 1, place Pierre Gautier.

Les façades du bâtiment, de couleur ocre, contrastent avec les murs principalement blancs de l’intérieur. Des témoignages techniques de l’ancien transformateur ont été conservés et ponctuent les volumes du musée. 

Musée de la photographie Charles Nègre façade
Musée de la photographie Charles Nègre, intérieur

Vous pouvez encore entendre mentionner le Théâtre de la photographie et de l’image de Nice. Initialement, et pendant 16 ans, le musée a porté ce nom. Il était alors à l’Artistique, boulevard Dubouchage. Il  a migré place Gautier en décembre 2016. Son nom devient « Musée de la photographie Charles Nègre« . Il fait partie du groupement des 11 musées de la ville de Nice. Il porte le label « Qualité tourisme ».

Charles Nègre

était un enfant du pays né à Grasse en 1820. Il était peintre avant tout et il a revendiqué cette fonction pendant toute sa vie. Ses peintures sont visibles aux musées de Grasse et d’Aix en Provence.  Il s’intéressera à la photographie à partir des années 1850. Il l’utilise dans un premier temps, pour prendre des clichés des sujets qu’il souhaite peindre. Ensuite, au contact de ses amis Gustave Le Gray et Henri Le Secq, il considérera la photographie comme un art à part entière. Il mettra au point des techniques de développement et de photogravure de très haute qualité. Il a beaucoup photographié les littoraux du Sud de la France et des scènes de vie. Pour en savoir plus je vous propose mon article : Charles Nègre

Musée de la photographie Charles Nègre : collections

Le photographe local occupe bien sûr une place importante dans les collections du musée. 40 tirages originaux  réalisés par Charles Nègre à Nice dans les années 1860 constituent le fonds de la collection.

Pour compléter les œuvres d’époque de C.  Nègre, le musée possède des photographies de la fin du XIXème siècle jusqu’au début du XXème, toujours sur le thème de Nice et de sa région. 

Puis dans la continuité du thème, le Musée Charles Nègre complète ses collections avec des œuvres contemporaines. Des commandes sont passées à de  grands photographes régionaux. Le musée a bénéficié de dons d’artistes et effectue  des achats auprès de galeries.

Au total 2 000 pièces constituent les collections du musée, parmi lesquels des appareils photographiques anciens (de la seconde partie du XIXème siècle à la fin du XXème). Le visiteur peut ainsi évaluer l’évolution des technologies pendant cette période.

Appareils photographiques

Exemples d’appareils photographiques disponibles au musée CN

Musée de la photographie Charles Nègre : expositions

Pour des raisons de conservation, toutes les œuvres et objets ne sont pas visibles en permanence. Ils sont présentés au public lors d’expositions temporaires dans la galerie attenante au musée. Cette galerie est principalement dédiée à la photographie régionale.

En outre, le musée organise chaque année dans le bâtiment principal plusieurs expositions (grands photographes ou expositions à thème), réunissant toutes les tendances de la photographie, ancienne ou contemporaine.

Au moment où j’écris cet article, deux expositions sont visibles :

© Moko Mad’moiselle

© Moko Mad’moiselle

Le musée de la photographie Charles Nègre : documentation

La documentation du musée

La documentation du musée est impressionnante. Elle est constituée de 4500 ouvrages qui sont mis à la disposition du public (consultation sur place, sur rendez-vous). Sonia Duchatel gère cet espace et peut vous guider efficacement pour une recherche spécifique.

La documentation est constituée en premier lieu d’ouvrages sur les œuvres des photographes pionniers aux photographes contemporains. Ensuite, on trouve des dictionnaires sur les différents mouvements de la photographie, des ouvrages techniques traitant de la prise de vue, du développement, des post-traitements numériques. Des magazines périodiques, anciens ou actuels, sont également disponibles.

Le musée de la photographie Charles Nègre : médiation

La médiation culturelle consiste à mettre en relation le public et l’œuvre artistique. Ses objectifs sont éducatifs, récréatifs et sociaux. Le projet de la loi « musée » de 2002, qui est à l’origine de la médiation culturelle, est de donner accès à la création artistique au plus grand nombre.

Aujourd’hui les images ont envahi notre vie. On a tendance à les consulter de manière passive, on banalise l’image. Le rôle du musée en général, et du musée de la photographie en particulier est de sensibiliser le visiteur à la démarche artistique de l’œuvre.

Le musée de la photographie Charles Nègre propose des visites guidées de ses expositions temporaires. Cet accompagnement permet au visiteur d’analyser les images et de développer un sens critique. Le musée propose en outre un support pédagogique pour les établissements scolaires dans le cadre des projets d’Éducation Artistique et Culturelle.

Informations pratiques

Le musée de la photographie Charles Nègre se situe dans le vieux Nice, 1 place Gautier.

On peut y venir par le tram : ligne 1, arrêt Opéra – Vieille ville.

Contact :

Tel : 04 97 13 42 20

Email : musée.photo@ville-nice.fr

Pour la documentation :

Tel : 04 97 13 46 26

Email : sonia.duchatel@ville-nice.fr

Horaires :

Ouverture du musée tous les jours sauf les lundis, le dimanche de Pâques et le 1er mai.

Musée : de 10 h à 18 h sans interruption

Galerie : de 10h à 12 h 30 et de 13 h 30 à 18 h.

Tarifs :

Entrée gratuite pour les moins de 18 ans et 5 € pour les entrées individuelles.

6.20 € pour la visite individuelle commentée.

4 € pour les groupes de plus de 10 personnes.

Des gratuités sont proposées sous certaines conditions, vous pouvez les consulter sur le site :

Tarifs | Musée de la Photographie Charles Nègre (nice.fr)

Dans les cadres suivants, vous pouvez laisser un commentaire, consulter nos publications dans les réseaux sociaux, vous abonner à notre bulletin d’informations. Les boutons carrés, au bas de l’écran sont à votre disposition pour partager cet article dans vos réseaux sociaux.

Musée Nicéphore Niepce

Dans un premier article, je vous ai présenté les expositions programmées entre 2 confinements. Je voudrais vous en dire plus sur ce musée, qui est une véritable institution de la photographie. Outre les collections et les expositions proposées au public, Brigitte Maurice-Chabard, la directrice et ses « médiateurs » entreprennent toute une démarche sociologique autour de la photographie. Ils organisent des formations et des ateliers pédagogiques, culturels et récréatifs pour tous les âges.

Photo-passions

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Le Musée Nicéphore Niepce, collections :

Le projet du Musée Nicéphore Niepce est de révéler, à travers un parcours initiatique, la progression de la photographie depuis son invention jusqu’à l’image numérique.

Les collections regroupent près de 3 millions de photographies, plus de 6 000 appareils, dont la Chambre de la Découverte, premier appareil photographique au monde utilisé par Niepce pour son invention.

L’ampleur de ces collections permet de renouveler régulièrement les présentations dans les onze salles d’expositions. Je vous propose une promenade dans le musée, et les liens utiles pour vous y rendre.

Une visite au musée

L’invention

Musée Nicéphore Niepce La chambre de la découverte

Chambre de la découverte

Le musée consacre sa première salle à l’invention de l’ héliographie par Nicéphore Niepce.

« La chambre de la découverte » premier appareil photographique au monde occupe le centre de la pièce. Une projection sur un écran géant place le visiteur dans l’ambiance de la réalisation de la première photographie . Nicéphore Niepce l’a prise à partir de la fenêtre de sa maison, à quelques kilomètres de là. Une reproduction de cette première image est présentée (l’original se trouve au Texas, à l’université d’Austin). Par contre des originaux réalisés par Niepce sont disponibles. Des vidéos sur de petits écrans racontent la génèse de la première photographie.

Les procédés pionniers

Musée Nicéphore Niepce : The Pencil of the nature

The Pencil of the Nature

Une deuxième salle présente les autres pionniers de la photographie.

Louis Daguerre a finalisé l’invention de Niepce, son associé, après le décès de celui-ci. Il a  mis au point le daguerréotype présenté par François Arago en 1839 à la chambre des députés et à l’académie des sciences. Arago emploiera le terme « photographie » pour la première fois au cours de ces présentations. Le Daguerréotype a connu un grand succès commercial jusque dans les années 1860.

Henry Fox Talbot a inventé le Calotype, premier négatif sur papier qui permettait de reproduire une image positive à l’infini. Le Musée Nicéphore Niepce possède un des rares exemplaires de l’ouvrage de Talbot « The Pencil of Nature » édité en 1844. Les collections du musée comptent des centaines de calotypes, exposés par intermittence pour ne pas les altérer. Ce procédé négatif-positif sera le principe de la photographie jusqu’à l’apparition du numérique.

L’argentique

Kodak Pocket

Kodak Pocket

Les évolutions de la technique photographique permirent de passer du négatif sur papier à la pellicule souple. Le perfectionnement des émulsions diminuait considérablement les temps de pose, en particulier à l’apparition du gélatino-bromure d’argent dans les années 1880. On a pu alors obtenir des photographies en une fraction de seconde. Le musée présente de nombreuses images illustrant le procédé qui prit le nom d’argentique, beaucoup plus tard, quand on a voulu le différencier du numérique. Des appareils à main sont également exposés. Leur facilité d’utilisation a contribué à l’essor de la photographie amateur.

La photographie en relief

Stéréoscope

Stéréoscope

Le Musée Nicéphore Niepce présente la photographie en relief dans une salle dédiée.

Un espace permet de visionner des images en relief sur un grand écran. Le visiteur peut choisir ses thèmes. Un diaporama de plusieurs photos est présenté pour chaque thème. Des lunettes pour la vision relief sont mises à disposition. L’effet de relief combiné à la proximité de l’écran est saisissant.

Le principe est celui du stéréoscope qui existe depuis le second empire et qui restitue la profondeur et le relief de l’image. Des stéréoscopes sont présentés dans cette salle. Une vidéo, également en relief, explique le procédé.

L’illustration photographique

Illustration photographique

Illustration manuel scolaire

Le Musée consacre une place importante à l’illustration photographique qui a très vite remplacé le dessin dans l’édition. La photographie sera partout : les livres, les manuels scolaires, les dictionnaires, les encyclopédies, les magazines, la presse, les guides touristiques.

L’intérêt que l’illustration photographique suscitera permettra de développer le champ des connaissances.

Dans le domaine scientifique la photographie pourra saisir des images que l’œil ne peut pas voir (radiographie, chronophotographie, astronomie, photographie aérienne, photo cartographie, macrophotographie, anthropométrie, etc.)

Visite virtuelle

Voici quelques informations et la visite virtuelle du musée, en avant-goût.

Musée Nicéphore Niepce 2020

Le Musée Nicéphore Niepce,  une institution

Les expositions temporaires

Outre l’histoire de la photographie, le musée Nicéphore Niepce soutient depuis des années la création contemporaine. Il dispose d’un laboratoire de photographie numérique qu’il met à la disposition des artistes en résidence ou soutenus par le musée.

Les expositions temporaires, au rythme de 6 par an, alternent entre la création actuelle (Azimut, Alexis Cordesse, Daido Moriyama…), et les grands « anciens » (Robert Doisneau, Izis, Edouard Boubat…)

Résidence

Chaque année le Musée Nicéphore Niepce accueille en « Résidence » un artiste pour une durée de six semaines. Pour 2021, le jury a sélectionné Sandrine Marc.

La lauréate disposera pendant cette période des outils de travail et de recherche du musée (laboratoire, archives…) et de l’accompagnement des professionnels. Elle pourra réaliser des prises de vue, des essais techniques et produire ses propres travaux.

Activités culturelles et éducatives

La pratique universelle de la photographie tend à dissimuler la complexité de ce médium. Tout le monde est producteur et consommateur de photographie mais cette activité doit s’aborder dans ses multiples ressources : sociologique, industrielle, anthropologique, historique, géographique, artistique.
Le Musée Nicéphore Niepce nous interroge sur notre rapport à la photographie, à son histoire et à l’actualité de l’image.

Les visites commentées permettent une découverte active des collections et des expositions temporaires. Cette découverte peut se faire sur l’ensemble du musée ou sur un thème particulier.

Des ateliers destinés aux jeunes favorisent leur compréhension par une approche mettant en œuvre l’observation et la pratique. Des cahiers pédagogiques relatifs aux expositions temporaires permettent de préparer les visites. De plus, le musée peut prêter du matériel pour des études en classe.

Open Musée Niepce

Musée Nicéphore Niepce, Niepce et Daguerre

Je voudrais terminer cet article par la présentation d’

C’est une œuvre généreuse du musée, alors, si vous le voulez bien, nous lui pardonnerons l’anglicisme du titre. Le Musée Nicéphore Niepce met à la disposition des amateurs plus de 20 000 photographies libres de droit et téléchargeables gratuitement. De nombreux thèmes sont disponibles : Chalon sur Saône, évidemment, l’invention de la photographie, bien sûr mais aussi l’architecture, la géographie, l’exotisme, la guerre, la mode et le costume, les paysages et les grands espaces, les personnalités, les sciences, les sports…

La photographie ci-dessus provient de la collection du musée. Je vous donne sa légende (difficilement lisible) :

« Niepce lisant à Daguerre, après leur association, la description de son procédé pour la fixation des images de la chambre obscure ».

Informations pour visiter le Musée Nicéphore Niepce

Ouverture du musée : tous les jours sauf le mardi et les jours fériés ainsi que les jours de vernissages

de septembre à juin : 9 h 30 – 11 h 45 / 14 h 00 – 17 h 45

en juillet – août : 10 h 00 – 13 h 00 / 14 h 00 – 18 h 00

L’entrée est gratuite, 28 quai des messageries à Chalon sur Saône.

Tel 03 85 48 41 98. Le musée chez vous : www.museeniepce.com

Dans les cadres suivants, vous pouvez laisser un commentaire, consulter nos publications dans les réseaux sociaux, vous abonner à notre bulletin d’informations. Les boutons carrés, au bas de l’écran sont à votre disposition pour partager cet article dans vos réseaux sociaux.

La maison de la photographie Saint-Bonnet-de-Mure

Hébergée par la municipalité de Saint Bonnet de Mure, La Maison de la photographie propose une collection unique d’appareils et d’objets provenant de fonds entièrement privés.

De la Camera Obscura aux appareils photos numériques, près de 2 000 pièces ont été rassemblées par François Boisjoly, Thierry Ravassod et Arnaud Saudax. Vous découvrirez sur près de 250 m2 cinq espaces qui retracent l’histoire de la photographie.

Photo-passions

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

« Compendium photographique »

exposition chronologique qui présente entre autres des appareils daguerriens, des chambres à plaques, des 24 x 36 télémétriques… Vous découvrirez également la fameuse fresque « le Panthéon Nadar »

Maison de la photographie compendium photographique

« RECONSTITUTION »

est un espace qui vous plonge plus d’un siècle en arrière, dans un atelier du 19e siècle avec décors et costumes d’époque.

Maison de la photographie Reconstitution

« Forêt de chambres »

espace où sont présentés une cinquantaine de chambres de taille et de style différents.

Maison de la photographie
Forêt de chambres

« Salle stéréo »

présentation de 5 stéréoscopes (appareils qui permettent d’avoir une impression de relief à partir de 2 images planes ; chaque œil voit une des 2 images, légèrement différentes ce qui crée l’effet de relief).

Stéréo

Stéréoscope

« La salle Nikon »

l’histoire de la marque est présentée ainsi que près de 500 pièces  témoignant de l’évolution du matériel depuis 1917 (microscopes, jumelles, verres optiques pour lunettes de vue et bien sur, matériel photographique et cinématographique).

Maison de la photographie
Salle Nikon

« La Maison de la photographie a pour vocation de favoriser le développement culturel de l’image fixe, animée ou de synthèse, de promouvoir et ancrer le patrimoine photographique, d’initier aux diverses techniques photographiques anciennes, traditionnelles ou modernes ». François Boisjoly

« La Maison de la photographie, c’est une exposition permanente de matériel photographique ancien. Des animations à destination des scolaires, un Club photos et l’installation d’un laboratoire photographique ». François Boisjoly

Informations pratiques :

33 Avenue de l’Hôtel de ville, 69720 Saint-Bonnet-de-Mure (25 km à l’est de Lyon).

Horaires d’ouverture : les mercredis de 14 h 30 à 18 h 00. Les samedis de 10 h 00 à 18 h 00.(recommandé d’appeler avant pour se faire confirmer l’ouverture)

Tel : 06 07 51 46 65

Dans les cadres suivants, vous pouvez laisser un commentaire, consulter nos publications dans les réseaux sociaux, vous abonner à notre bulletin d’informations. Les boutons carrés, au bas de l’écran sont à votre disposition pour partager cet article dans vos réseaux sociaux.