Le matériel objectif

Un objectif pour chaque type de photo

Quels sont vos projets photo? C’est la question qu’il faut se poser avant d’investir dans du matériel onéreux. Je vous propose de décrypter dans cet article quel objectif utiliser pour chaque type de photo.

Des packs « boitier + objectif «  sont proposés par toutes les marques.  Les objectifs  généralistes fournis dans ces packs permettent de débuter en faisant des photos tout à fait correctes. Ensuite, pour vous perfectionner dans un type de photo donné, vous pourrez investir dans des objectifs « spécialistes »

Le pack

La solution la plus simple pour commencer, comme au restaurant avec le menu du jour; la formule « Pack » : boitier + objectif est une option économique (le prix de l’ensemble est plus avantageux que les prix additionnés de chaque élément).

Pour débuter vous pouvez accéder à un kit de 800 à 1000 € (c’est le cas du pack présenté sur la photo avec carte mémoire et sacoche)

Pour aller plus loin, amateurs avertis, comptez 1 500 € à 2 000 €

L’objectif que vous allez avoir dans le kit sera polyvalent. Suivant les marques et les modèles de capteur, ça pourra être un 24-105 mm, un 24-120 mm, un 28-70 mm, ou un 18-55 mm, 18-135 mm dans notre exemple.

Ces chiffres correspondent à la longueur focale de l’objectif.
D’autres chiffres précédés des signes « f/ ou 1/ » sont visibles sur l’objectif f/1.8, f/3.5, f/4, f/5.6… Ils correspondent à l’ouverture.

Pour plus de détails, je vous suggère mon article : « Quel objectif ? »

Les objectifs polyvalents fournis dans les packs, ont l’avantage d’être économiques, ils permettent d’être utiles pour un grand nombre de prises de vue. Ils ont l’inconvénient  de donner en général des photos moins lumineuses et moins créatives.

En résumé, le pack est une bonne formule pour la photo « tout venant ». il vous donnera beaucoup de satisfaction quand vous le maîtriserez bien. Mais si vous avez un Réflex, vous pourrez ajouter dans votre sac de photographe des objectifs destinés à chaque type de photo que vous voulez privilégier.

Photo de paysage et d’architecture

Objectif Canon Grand angle 10-18 mm

Pour ce genre de prises de vue, l’objectif « grand angle » (focale courte, angle de vision large) est l’idéal. Il accentue la perspective dans l’image.

Taille du capteur

Pour choisir votre « Grand angle » vous devrez d’abord considérer la taille du capteur de votre appareil :

  • Est-ce que l’objectif qui vous tente est adapté à la taille de votre capteur?
  • Tenir compte du coefficient de conversion taille du capteur / focale. Vous avez toutes les détails dans mon article « le capteur ». Si vous avez un capteur APS-C vous devez appliquer un coefficient de conversion de 1.5. Un objectif qui a une focale de 16 – 35 mm pour du plein format, aura une focale réelle de 24 – 52 mm pour votre APS-C ; on ne peut plus parler de grand – angle.

Ouverture maximale de l’objectif

Si on parle de photos de paysage (c’est le titre de cette rubrique) l’ouverture n’aura pas trop d’importance, si vous êtes en lumière naturelle. Mais si vous utilisez un grand angle avec une  faible ouverture pour de la photo d’intérieur (et en basse luminosité, en général), vous manquerez de lumière.

Focale fixe ou focale variable

La focale fixe est plus lumineuse, plus légère et moins chère que la focale variable. Par contre, elle nécessite de vous déplacer pour cadrer votre sujet (ce qui peut permettre plus de réflexion dans la composition). La focale variable vous permet de faire des prises de vue sans vous déplacer et ainsi d’être plus réactif.

Mise au point

La plupart des objectifs « grand-angle » qui vous seront proposés sont dotés d’un autofocus ; mais vous pouvez en trouver avec une mise au point manuelle. C’est un facteur à prendre en compte : même si on est habile avec la mise au point manuelle, l’autofocus permet parfois d’être plus réactif.

Dans le tableau ci-dessous vous trouverez des modèles d’objectifs « grand-angle » dans différentes marques avec leurs prix moyens.

objectif chaque type photo Tableau des objectifs "grand angle"

Photo de portrait

Objectif Nikon 50 mm f/1.8

Comme on l’a vu précédemment, si vous avez un pack avec un objectif polyvalent, vous pourrez réaliser des photos de portraits tout à fait satisfaisantes à condition de bien choisir la focale pour  ne pas déformer le sujet. Il ne faut pas utiliser de focale inférieure à 50 mm (en plein format)* pour des portraits. Par exemple, si vous avez un objectif polyvalent de 18-55 mm vous devrez tirer vos portraits avec la focale maximum.

*50 mm plein format équivaut à 35 mm en APS-C

Quelle est la focale recommandée pour de la photo de portrait ?

Selon la taille du capteur de votre appareil :

  • avec un APS-C , on choisira une optique de 50 mm pour des portraits larges, 100 mm pour des portraits serrés.
  • avec un « plein format », on choisira une optique de 85 ou de 100 mm

Téléobjectif (ou petit télé.)

Vous pouvez également utiliser un objectif de 55-200 mm ou 70-300 mm pour faire des portraits. Ceci permet d’avoir des plans plus serrés, de photographier des personnages éloignés discrètement mais  il faut garder à l’esprit que les longues focales écrasent la perspective.

Focale fixe

L’objectif à focale fixe peut-être une option gagnante pour le portrait. Comme on l’a vu dans le paragraphe précédent, les objectifs à focales fixes ont une plus grande ouverture et sont donc plus lumineux. Chaque marque propose des objectifs dédiés au portrait à des prix très corrects.

Dans le tableau ci-dessous, je vous présente une sélection d’objectifs à focales fixes, recommandés pour les photos de portrait.

objectif chaque type photo Tableau des objectifs à focales fixes pour le protrait.

Photos de sujets éloignés

Quand on veut photographier des animaux  dans la nature, des éléments précis dans un paysage (village, chapelle), des sportifs en compétition, etc. les sujets sont éloignés, on entre dans le domaine des longues focales, des téléobjectifs.

Facteurs à prendre en compte dans le choix d’un téléobjectif :

  • la focale : vous trouverez des téléobjectifs de 70-200 mm,  70-300 mm et des super téléobjectifs de 200-500 mm, 150-600 mm …
  • la stabilisation : un objectif stabilisé sera très utile pour une grande focale (noter que pour les super téléobjectifs, le trépied est indispensable donc stabilité mécanique)
  • l’ouverture : en entrée de gamme, on aura des ouvertures glissantes relativement petites (f/4-5.6, par exemple). Pour monter en gamme, les objectifs qui seront proposés auront des ouvertures fixes (f/2.8 ou f/4, par exemple).

Comme vous le verrez dans le tableau ci-dessous, en matière d’objectifs grandes focales, les prix vont de 1 à 10. Je vous propose un classement en trois catégories, pour y voir plus clair :

  • Téléobjectif « entrée de gamme ». 70-200 mm ou 70-300 mm avec ouverture glissante de f/4-5.6. Ils sont peu encombrants, leur tarif est modéré (moins de 200 €) mais ils ont des limites en matière de qualité d’image.
  • Téléobjectif « haut de gamme ». 70-200 mm ou 70-300 mm avec ouverture fixe f/2.8 ou f/4 et stabilisateur. Même volume que les « entrées de gamme », mais 3 fois plus chers. Les images seront plus qualitatives.
  • Super téléobjectifs 20-500 mm, 150-600 mm. Les tarifs atteignent et dépassent 1 000 €. L’encombrement et le poids sont à prendre en considération. Ils seront nécessairement utilisés avec un trépied pour éviter le flou de bougé. Ils conviennent à la photo animalière et à la photo sportive. Le modèle ci-dessous de Sigma (150-600mm F5-6.3 DG OS HSM Sports) est disponible entre 1 500 et 2 000 € et pèse 2.8 kgs

Tableau récapitulatif téléobjectifs

objectif chaque type photo : téléobjectifs

Dans le tableau ci-dessus, j’ai exclu les « téléobjectifs professionnels», dont les prix explosent la fourchette présentée (1 à 10 dans le tableau ; 1 à 160 avec l’exemple ci-dessous) Pour rêver : le Sigma APO 200-500 mm f/2.8 EX DG pour le  prix de 21 000 €. Il est le seul objectif au monde à garder une ouverture de 2.8 à 500 mm. Avec son convertisseur dédié, il se transforme en 400-1000 mm f/5.6. Il est disponible en monture Canon, Nikon et Sigma. Son poids : 15.7 kgs.

Téléobjectif Sigma APO 200-500 mm f2.8 EX DG

Photo en basse lumière

La lumière est le premier outil du photographe (le mot « photographie » signifie écriture de la lumière). Ainsi, nous nous trouvons démunis quand la lumière manque (photos de famille dans une pièce mal éclairée, photos de paysage à la tombée du jour, couchers de soleil).

Je consacre un article sur la photographie en basse lumière que je vous propose de consulter pour revoir toutes les manipulations et les astuces nécessaires à l’amélioration de la luminosité. On ne peut pourtant pas faire de miracle avec un objectif standard,

On apportera la luminosité qui manque au sujet avec de bons réglages et avec un objectif adapté.

La focale :

on évitera les longues focales qui réduisent la luminosité. Un grand angle peut faire l’affaire mais rappelez vous qu’il réduit la profondeur de champ.

L’ouverture :

on choisira un objectif avec une grande ouverture (valeur f/ la plus petite possible)

Le stabilisateur :

la présence d’un stabilisateur sur l’objectif fait gagner des valeurs en vitesse d’obturation. On peut réduire la vitesse sans connaître l’inconvénient du flou de bougé et ainsi faire entrer plus de lumière lors de la prise de vue.

Dans le tableau ci-dessous, je vous propose des objectifs dits « lumineux » focales limitées et grandes ouvertures, stabilisés pour 3 d’entre eux.

objectif chaque type photo : photo en faible lumière

Macro photographie

Objectif "macro". Canon EF 100 mm f/2.8 L macro IS USM

La macro photographie est le domaine de l’infiniment petit. Ce terme est employé pour des images qui ont un rapport de reproduction de 1.1 à 1.10. Je m’explique : pour un objet qui mesure 1 cm en réalité et 1 cm à l’image, le  rapport de reproduction est de 1.1, pour un objet qui mesure 1 cm en réalité et  10 cm à l’image le rapport de reproduction est de 1.10. Au-delà d’un rapport de 1.10 on parlera de microphotographie. En dessous de 1.1, on parlera de proxy photographie (photo de près).

Ce dernier mode de photographie est relativement courant : les fabricants proposent sur certains de leurs objectifs une position « MACRO » qui permet de faire « des photos de près » : fleurs, insectes… mais le rapport de reproduction sera inférieur à 1.1. Ce ne sont pas des objectifs « MACRO »

LA FOCALE :

Les objectifs « macro » sont proposés par les marques dans des focales très variées :

Focales courtes (35 à 60 mm) :

faciles à manipuler, légères et abordables financièrement  mais  elles nécessitent de s’approcher du sujet qui n’est pas toujours d’accord pour prendre la pose. Convient aux sujets statiques.

Focales standard (90 à 100 mm) :

Plus lourds et plus onéreux, faciles d’utilisation, ces objectifs sont polyvalents, ils permettent de s’éloigner du sujet.

Longues focales (au delà de 150 mm)

Encore plus lourds et encore plus onéreux, ces objectifs sont plus difficiles à manipuler, ils nécessitent une certaine habitude. La longue focale peut favoriser des flous de bougé.

L’ouverture :

En principe les objectifs « macro » ont des ouvertures fixes de f/2.8 ou f/3.5. En macro photographie on se rapproche du sujet, il n’y a donc pas de profondeur de champ. Par conséquent, l’ouverture n’est pas un critère déterminant dans le choix d’un objectif « macro ».

LA STABILISATION :

Les avis sont partagés sur l’utilité d’un stabilisateur sur un objectif « macro ».

Quand la lumière est basse ou quand une légère brise agite la fleur que je veux photographier, j’apprécie le stabilisateur !

Dans le tableau ci-dessous, je vous propose des modèles dans différentes focales, avec leurs spécificités et leurs prix moyens.

objectif chaque type photo macro-photographie

Conclusion

On pourrait conclure ce long article en faisant une addition : un objectif pour le portrait (qui me servira également en basse luminosité), un grand angle, un téléobjectif, un objectif « macro »…la facture va être salée.

Vous l’avez compris, il s’agit en fait de déterminer un besoin pour un type de photo donné quand vous voulez dépasser les capacités de ce que vous offre votre pack. Quand vous aurez répondu à la question essentielle : « De quel objectif ai-je besoin ? » il vous faudra poser quatre nouvelles questions :

  • Quelle focale ?
  • Quelle ouverture ?
  • Objectif stabilisé ou pas ?
  • Quel budget ?

Un objectif de qualité entraîne nécessairement un coût plus important que celui d’un entrée de gamme. On trouve souvent des prix plus accessibles dans les marques tierces (Sigma, Tamron…), pour des objectifs de qualité.

Pensez également à l’occasion: des sites et des boutiques spécialisés vous proposent des produits garantis et reconditionnés. Ce système offre la souplesse d’essayer un modèle d’objectif avec un investissement limité et de s’en séparer par le même canal s’il ne donne pas toute satisfaction.

Vous pouvez laisser un commentaire dans le cadre ci-dessous, vous abonner à notre bulletin d’informations ou nous suivre sur les réseaux sociaux (liens dans le cadre suivant).

Les boutons carrés (en bas de l’écran) permettent de partager l’article dans les réseaux sociaux.

Published by

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.