Quel objectif ?

Comme dans l’article précédent : » Quel appareil ?» Je vous propose aujourd’hui cet article générique consacré aux caractéristiques des objectifs (Focale, ouverture du diaphragme, stabilisation…). Vous pourrez ainsi maîtriser les termes techniques que vous rencontrerez dans le choix de votre matériel. Dans l’article « Quel objectif pour quel type de photo ? » j’entre plus dans les détails pour vous aider à déterminer vos besoins en fonction de vos projets photo et de vos budgets.

1 / La focale.

C’est le premier terme que vous allez rencontrer dans la définition d’un objectif photo. C’est la distance (en millimètres) qui sépare le centre optique de l’objectif de la surface du capteur. Une distance focale de  14 mm correspond à un grand angle (champ de vision large). Une distance focale de 500 mm correspond à un téléobjectif (champ de vision étroit)

Il existe 2 catégories de focale, la focale fixe et la focale variable :

Objectifs à focale fixe

Quel objectif : focale fixe

(il n’y a qu’un chiffre dans leur définition), 14mm, 24mm, 35mm, 50 mm, 70mm, 100mm, 150mm, 300 mm, etc. La conception plus simple de ces objectifs leur permet d’être plus légers, moins encombrants, et souvent moins chers. L’ouverture maximale d’un objectif à focale fixe étant plus grande, les images seront  plus nettes et plus claires. N’ayant pas la possibilité de zoomer, avec une focale fixe, vous devrez vous déplacer pour cadrer vos sujets.

Objectifs à focale variable

Quel objectif focale variable, (également appelé zoom)

(deux chiffres les définissent), 14-24 mm, 18-55 mm, 24-105 mm, 70-300 mm, etc. le premier chiffre est la focale minimale, le deuxième est la focale maximale. Ces objectifs sont polyvalents et permettent d’être utilisés pour plusieurs types de photos (architecture / portrait ; paysage / animalier). Le zoom vous permet de photographier un sujet sans avoir à vous déplacer. La qualité de l’image est bonne sur l’ensemble de la distance focale.

Plus le chiffre de la focale est petit, plus l’angle de vision est grand. En dessous d’une focale de 28 mm le champ de vision est supérieur à celui de l’œil. On qualifie l’objectif de « Grand-angle ». On l’utilise principalement pour la photo d’architecture et pour le paysage.

Un objectif dont la focale se rapproche de notre vision (objectif à « Focale standard ») sera utilisé pour une large palette de photos (architecture, portrait, paysage). C’est un objectif polyvalent qui est un bon compromis pour démarrer avec un reflex ou un hybride.

Un objectif dont la focale est supérieure à 100 mm est un « Téléobjectif ». Il permet de zoomer sur un sujet éloigné que l’on pourra voir en grand format dans une image. L’utilisation la plus courante est la photo animalière.

Le schéma suivant illustre le rapport entre la distance focale et l’angle de vision. Plus la focale est courte, plus l’angle de vision est large. Plus la focale est longue, plus l’angle de vision est rétréci. Si vous n’êtes pas convaincu, vous pouvez vous livrer à l’expérience suivante : vous prenez un rouleau de scotch, ou un rond de serviette, vous le placez devant votre œil : vous aurez un angle de vision relativement large. Ensuite, si vous roulez une feuille de papier A4 dans le sens de la hauteur (près de 300 mm) votre champ de vision sera très rétréci.

Quel objectif : longueur de focale

Le rapport capteur / focale

Les chiffres donnés dans la définition de l’objectif correspondent à un capteur plein format (Full frame). Pour avoir la focale réelle avec un capteur plus petit, il convient d’appliquer un coefficient multiplicateur (crop factor) :

  • Plein format : 1
  • APS-C : 1,5
  • 4/3 : 2
  • 1 pouce : 2,7

Par exemple un objectif avec une focale de 50 mm monté sur un capteur APS-C aura une focale réelle de 75 mm

Vous aurez plus de détails dans mon article : Le capteur

2 / L’ouverture du diaphragme.

Le deuxième élément qu’il vous faudra prendre en compte pour choisir un objectif est l’ouverture maximale du diaphragme.

Le diaphragme est un dispositif composé de lamelles métalliques qui laisse entrer plus ou moins de lumière au moment du déclenchement. Plus de lumière entrera, plus la photo sera claire, moins il y en aura, plus la photo sera sombre. L’ouverture du diaphragme est déterminante pour l’exposition et pour la gestion de la profondeur de champ.

Quel objectif : ouverture de diaphragme

L’ouverture du diaphragme est définie par un chiffre précédé des signes  « f/ » comme « f/1.8 ». Plus le chiffre est petit, plus l’ouverture est grande ; plus le chiffre est grand, plus l’ouverture est petite. Ceci peut paraître paradoxal mais il s’agit en fait d’une division. F divisé par 1.8. Quand on divise un gâteau, plus le nombre de parts est grand, plus les parts sont petites.

Une grande ouverture laisse entrer plus de lumière lors de la prise de vue, ce qui permet :

  • d’avoir un meilleur rendu en faible luminosité,
  • d’augmenter la vitesse d’obturation,
  • de mieux gérer la profondeur de champ.

Un objectif avec une grande ouverture, vous l’avez compris, vous permettra de réaliser des photos de meilleure qualité mais il sera plus lourd et plus cher qu’un objectif à faible ouverture.

Comme pour la focale, pour l’ouverture il y a 2 catégories l’ouverture fixe et l’ouverture glissante :

Ouverture maximale fixe

(exemple 28 mm f/2.8), dans ce cas, il s’agit d’une focale fixe (28 mm). Avec une focale fixe l’ouverture maximale de l’objectif est toujours fixe (dans notre exemple f/2.8). Sur un zoom, si je lis : 70-200 mm f/2.8, j’aurai la même ouverture maximale (f/2.8) sur toutes les focales. Les objectifs à ouverture fixe sont en principe de meilleure qualité, ils offrent plus de possibilité de création mais ils seront bien sûr plus chers.

Ouverture maximale glissante

dans l’exemple ci-contre nous avons un zoom Canon : 18-55 mm 1/3.5-5.6. (le 1 remplace le f chez Canon) l’ouverture maximale sera de f/3.5 à la focale de 18 mm et de f/5.6 à la focale de 55 mm.

3 / La stabilisation d’un objectif.

Le stabilisateur est une option proposée sur certains objectifs. Il permet de limiter le flou de bougé. Il est intéressant pour les prises de vue en basse luminosité et pour les longues focales. On peut également diminuer la vitesse d’obturation grâce au stabilisateur et ainsi avoir plus de lumière sans risquer une photo floue.

Un objectif stabilisé sera plus onéreux qu’un objectif non stabilisé.

4 / Abréviations.

Les fabricants d’objectifs utilisent des sigles différents pour caractériser le matériel qu’ils proposent. Dans le tableau ci-dessous, je vous propose un résumé de ces sigles pour les marques principales.

Quel objectif : abréviations par marques

Dans les 2 premières colonnes nous avons les abréviations correspondant à la taille des capteurs Plein format et APS-C à gauche, uniquement APS-C à droite.

La troisième colonne concerne la présence du stabilisateur.

La quatrième colonne (Motorisation ultra sonique) est une qualité de l’autofocus de certains objectifs : ils sont plus silencieux et plus rapides.

La cinquième colonne indique la présence d’un autofocus interne. Quand ce n’est pas le cas, l’objectif tourne lors de la mise au point. Avec l’autofocus interne on ne voit pas le mouvement de l’objectif. C’est un atout quand on utilise certains filtres.

La lentille apochromatique (sixième colonne) a pour effet de corriger l’aberration chromatique.

Enfin les sigles de la septième colonne déterminent la présence de verre asphérique dans l’objectif.( vision plus performante : réduction des déformations en périphérie du verre pour une vision aussi nette sur les bords qu’au centre)

Dans le prochain article :

À suivre…

Quel objectif pour quel type de photo ?, Nous verrons en détail les objectifs à privilégier pour chaque type de photos.

Retrouvez nous sur les réseaux sociaux :

Pour suivre nos publications, notre bulletin d’informations :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *