Les rencontres d’Arles

La 52ème édition des Rencontres d’Arles, après l’absence de 2020, due à la crise sanitaire, est annoncée du 4 juillet au 28 septembre 2021.

« Au cœur de l’été arlésien, cette année sera comme une constellation de lucioles »

Nous vous proposons dans cet article, le programme des expositions et les liens utiles pour vous y rendre.

Les rencontres d'Arles

LES NUITS DES RENCONTRES D’ARLES

Les nuits des rencontres d’Arles se dérouleront la semaine de l’ouverture (du 4 au 11 juillet). Un programme varié vous attend, musique, remises de prix, hommages, le premier photo slam mondial, le live magazine…

Je vous invite à consulter mon article précédent « Les nuits des rencontres d’Arles » pour en connaître les détails.

LES EXPOSITIONS

Plus de 40 expositions vous attendent pendant les rencontres. Je vous propose d’en découvrir quelques unes en avant première.

Masculinités

La libération par la photographie

Mécanique générale du 4 juillet au 26 septembre 2021

Commissaire de l’exposition : Alona Pardo.

Cette exposition est une étude des « Masculinités » dans le cinéma et la photographie depuis les années 1960 jusqu’à nos jours. Elle examine les représentations des « Masculinités » à travers les œuvres de plus de 50 artistes (photographes et réalisateurs). « Masculinités » au pluriel puisque tous les aspects des  comportements masculins sont abordés avec leurs contradictions et leur complexité. L’étude examine le rôle de la photographie et du cinéma dans la manière dont les « Masculinités » sont imaginées dans la culture contemporaine.

Jusqu’à la fin des années 1960, l’homosexualité a été totalement absente de toute représentation et même de toute évocation à la télévision française. Il faudra attendre le début des années 1970 pour que soit proposée, pour la première fois, une émission traitant de l’homosexualité et que le mot soit enfin prononcé. Malgré la censure opérée par la télévision, l’homosexualité a réussi à s’y frayer un chemin. Elle pouvait s’incarner à travers le témoignage d’une personnalité illustre (un écrivain, un peintre, un acteur). Des chanteurs populaires ou des fantaisistes pouvaient interpréter des sketches ou des chansons burlesques, Certains sujets historiques pouvaient clairement proposer une représentation homoérotique. Garçons sensibles fait converser toutes ces archives pour nous raconter les résistances d’une époque pas si lointaine, où l’homosexualité n’avait pas droit de cité.

Sébastien Lifshitz

Garçons sensibles

Mécanique générale du 4 juillet au 26 septembre.

Les rencontres d'Arles Sébastien Lifshitz
Sébastien Lifshitz

PUISQU’IL FALLAIT TOUT REPENSER

Le pouvoir de l’art en période d’isolement.

Espace Van Gogh du 4 juillet au 26 septembre 2021

Commissaire d’exposition : Andréa Giunta

Nous traversons aujourd’hui une période de pandémie inédite. Une époque étrange qui interroge le concept même d’humanité. La théorie de l’affect et du corps, les affaires publiques, les relations sociales, tout peut être repensé. Nous voulons repenser, avec un regard attentif, les significations d’œuvres créées dans des contextes différents. Chaque objet, chaque photographie, chaque film présenté dans cette exposition crée un champ magnétique qui entre en contact avec tout ce qui s’approche de lui. Chaque œuvre apporte un matériau à partir duquel on peut repenser les formes possibles du monde.

The new black vanguard

« Photographie entre art et mode »

Eglise Sainte Anne du 4 juillet au 26 septembre.

The New Black Vanguard présente des artistes dont les portraits sont vifs et les photographies conceptuelles. Leur travail a été largement diffusé dans des magazines de mode et de société, des campagnes publicitaires et des musées. L’exposition célèbre en assemblant ces œuvres, la créativité noire et l’hybridation entre art, mode et culture dans la construction d’une image.

Nyadhour, Elevated, Vallée de la Mort, Californie Dana Scruggs
Les rencontres d'arles présentent Charlotte Perriand
Photomontage de Charlotte Perriand

Charlotte Perriand

Comment voulons-nous vivre ? Politique du photomontage.

Monoprix, du 4 juillet au 26 septembre 2021.

Charlotte Perriand a consacré son existence à améliorer les conditions de vie du plus grand nombre, créant un « art d’habiter » en lien avec la nature. Elle a utilisé la photographie comme outil d’observation du réel, mais aussi pour défendre sa conception d’un monde nouveau. En résonance avec nos préoccupations actuelles, elle utilise au cours des années 1930, le photomontage géant pour dénoncer l’urbanisme insalubre et donner sa vision de conditions de vie meilleures. 

Pieter Hugo

Être présent,

Palais de l’Archevêché, du 4 juillet au 26 septembre.

Être présent rassemble plus de 100 portraits en buste réalisés par Pieter Hugo depuis le début des années 2000, offrant un large aperçu de l’engagement de l’artiste dans cette tradition particulière du portrait. Les photographies sélectionnées abordent les lexiques de la criminologie, de la surveillance et des typologies tout en gardant au cœur un fort humanisme. 

Les rencontres d'Arles présentent Pieter Hugo

AUTRES EXPOSITIONS DES RENCONTRES D’ARLES

Toutes les dates des expositions sont du 4 juillet au 26 septembre 2021.

  • ETAT D’ESPRIT AFRICAIN, « Villes hybrides », Le jardin des voyageurs,
  • CHOW ET LIN, « Seuil de pauvreté », Le jardin des voyageurs.
  • LEBOGANG TLHACO, « Sibadala Sibancane », Le jardin des voyageurs,
  • DESIDERATION (ANAMANDA SIN), « Du désastre au désir : vers une autre mythologie du spatial ». Monoprix.
  • CLARISSE HAHN, « Princes de la rue » Mécanique générale.
  • SIM CHI YIN, « Un jour nous comprendrons », Abbaye de Montmajour.
  • ALMUNEDA ROMERO, « The pigment change », Cloître Saint Trophime.
  • ANTON KUSTERS, « Blue skies », Cloître Saint Trophime.
  • STEPHAN GLADIEU, « République populaire démocratique de Corée, portraits », Le jardin d’été.
  • THAWRA ! RÉVOLUTION ! « Soudan, histoire d’un soulèvement », Eglise des Trinitaines.
  • ENRIQUE RAMIREZ, « Jardins migratoires », Ecole Nationale Supérieure de la Photographie.
  • ANYSSIA BIDOUT, EMMA RIVIERA & CÉDRINE SCHEIDIG, « Une attention particulière », Ecole Nationale Supérieure de la Photographie.

Prix découverte Louis Roederer 2021

Sonia Voss, la commissaire du prix Louis Roederer, considère que les 11 projets retenus font partie d’une seule exposition. Vous découvrirez ces œuvres dans un lieu emblématique : l’Eglise des Frères Prêcheurs. Cette exposition est programmée du 4 juillet au 29 septembre 2021.

  • TARRAH KRAJNAK, « Rituels de maître II: les nus de Weston ».
  • ARAH AL QASIMI, « Mirage de la vie ».
  • KETUTA ALEXI-MESKHISHVILI, « Ornements géorgiens ».
  • MARIANA HAHN, « Eros et Thanatos eurent un enfant ».
  • ILANIT ILLOUZ, « Wadi Qelt, dans la clarté des pierres ».
  • JONAS KAMM, « Les habitants ».
  • MASSAO MASCARO, « Sub sole ».
  • ZORA J MURFF, « En aucun point intermédiaire ».
  • AYKAN SAFOĞLU, « Sirius se couche ».
  • ANDRZEJ STEINBACH, « L’appareil ».
  • MARIE TOMANOVA, « Ce fut jadis mon univers ».
LEs rencontres d'Arles décernent le Prix Louis Roederer
Les nus de Tarrah Krajnak

LIENS UTILES

RÉSERVATION EN LIGNE

En réservant en ligne, vous bénéficiez d’un tarif avantageux et vous évitez l’attente à la billetterie.
Pour profiter pleinement de l’ensemble de la programmation des Rencontres d’Arles, prévoyez au moins 2 jours.

L’APPLICATION « ARLES 2021 »

Tout le festival dans votre poche avec l’application « Arles 2021 »

Pour découvrir l’intégralité des expositions et des événements des Rencontres d’Arles, cliquez sur l’image.

Rencontres d'Arles application

Published by

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.