Le filtre polarisant

Le filtre polarisant

Le filtre polarisant, comme nous l’avons vu dans notre article générique  « Le filtre en photographie », sublime les images. Il élimine des reflets, augmente les contrastes et élimine le voile atmosphérique. Ce sont des améliorations qui ne peuvent pas être obtenues en post traitement. Quand on a essayé le filtre polarisant, on ne peut plus s’en passer ! On le surnomme familièrement le « pola ». Nous sommes entre nous, alors je me permettrai (peut-être) d’utiliser ce diminutif.

Il existe des filtres polarisants carrés qui peuvent s’insérer dans un porte-filtre. Le filtre polarisant carré ne permet pas de régler l’intensité de polarisation. Par conséquent, la plupart du temps on utilisera  le CPL (circulaire polarisant). Le CPL comporte deux bagues. La première est crantée, on la visse sur l’objectif et elle reste fixe.  La seconde est tournante. C’est sa rotation qui permet de régler l’effet de polarisation.

On voit directement le résultat dans le viseur de l’appareil pour choisir le réglage optimal !

Utilité du filtre polarisant

Élimination des reflets

La réflexion de la lumière sur certains matériaux transforme sa polarisation. Phénomène physique qui explique que l’on voit des reflets sur une surface vitrée ou à la surface de l’eau. Cet effet miroir nous éblouit et ne nous permet pas de distinguer les vraies couleurs de la surface. La présence du filtre polarisant élimine le reflet et transmet au capteur les vraies teintes. À noter que les reflets sur les surfaces  métalliques ne sont pas corrigés par le pola.

Augmentation de la saturation des couleurs

Chaque couleur émet des ondes qui sont plus ou moins voilées par l’atmosphère (poussière, hygrométrie…) Le polarisant sublime les couleurs en éliminant ses pollutions visuelles. Le bleu du ciel sera plus intense et les nuages ressortiront. L’herbe d’un pré sera également plus verte, les arbres d’un parc auront des couleurs plus contrastées.

C’est connu : l’herbe est plus verte dans le pré du voisin.

Oui, avec un polarisant, l’herbe sera plus verte… de là, à dire que les fromages de Marguerite seront meilleurs, je ne franchirai pas le pas !

Réduction du voile atmosphérique

Quand on photographie un paysage, sur les plans les plus lointains, une brume opalise l’image. C’est le fait de l’humidité de l’air et de fines particules atmosphériques. Le filtre polarisant élimine ces effets et donne plus de contrastes aux paysages lointains.

Amélioration en pose longue

Le filtre polarisant ne remplacera pas un filtre à densité neutre. Mais si comme moi, vous faites très peu de « poses longues », l’utilisation du pola améliore ce mode de prise de vue. Son opacité réduit la quantité de lumière transmise au capteur et on peut par conséquent augmenter le temps de pose.

Les limites du filtre polarisant

Après l’énoncé de toutes ces qualités, pourquoi apporter un bémol à l’utilisation du polarisant? C’est pour que l’on ne prenne pas l’habitude de le laisser en permanence sur l’objectif.

  • Il assombrit l’image. Du fait de son opacité, il fait perdre de la luminosité à l’image. On peut y remédier en allongeant le temps de prise de vue ou en agissant sur la correction d’exposition de l’appareil ou en rectifiant la luminosité en post traitement. Évitez d’utiliser le pola en basse-lumière.
  • Modification des teintes. Selon les filtres on peut avoir des images plus froides (allant vers un léger bleuté) ou plus chaude (légèrement plus jaune). Cet inconvénient se corrige facilement en développement si les prises de vue sont faites en mode RAW. Pour les prises de vue directement en JPEG, il conviendra de bien régler la balance des blancs.
  • Vignettage avec certaines focales, en particulier avec un grand angle. Il arrive que l’on voie les bords du filtre sur l’image. On choisira de préférence un filtre avec une monture fine (slim) si on utilise couramment des focales courtes.
  • Le filtre polarisant n’est pas très accessible (pour les réglages) quand on utilise simultanément un pare soleil.
Effet du filtre polarisant
Effets du filtre polarisant

Comment choisir un filtre polarisant ?

La forme : comme je l’ai dit plus haut, je préfère le filtre CPL (polarisant circulaire) qui offre la possibilité de régler l’intensité de polarisation, ce qui me parait primordial. (Exit le filtre polarisant carré).

Le diamètre : dans l’article « Le filtre en photographie », je dis que je ne suis pas partisan du filtre unique que l’on monte sur plusieurs objectifs avec des bagues d’adaptation. Un filtre pour chaque objectif (c’est mon conseil). Le diamètre du filetage est visible à l’avant de l’objectif

L’épaisseur : privilégiez une monture fine (slim) pour équiper un grand angle. Vous éviterez ainsi le vignettage.

La marque : préférez les marques spécialisées dans les filtres :

La marque : préférez les marques spécialisées dans les filtres : Cokin, Hama, Hoya, K&F concept, Lee, Nisi, Starblitz, Urth…

La qualité : chaque marque propose plusieurs niveaux de qualité, les prix finiront de déterminer vos choix. Je vous propose dans le dernier chapitre une sélection qui pourra vous aider. On trouve des modèles de filtres polarisants de très bonne qualité sans vraiment se ruiner.

Les commerçants spécialisés dans la photographie peuvent vous conseiller efficacement dans le choix de vos filtres. Je prends l’exemple des magasins PHOX qui proposent dans leur catalogue des filtres polarisants Starblitz de 10 à 60 €. Vous trouverez la liste de ces magasins en cliquant sur leur nom.

Acheter en ligne

Je vous propose une sélection de filtres polarisants de qualité, ils éliminent tous les reflets efficacement, ils accentuent les couleurs et saturent les tonalités. Difficile de choisir? Dans la gamme Pro Nano de Nisi, dans un premier temps, on dispose de produits que le fournisseur dit « de très haute définition ». Les montures sont fines. Dix diamètres sont disponibles. Ensuite, nous verrons les filtres de la fameuse société australienne Urth, qui reverse une partie de ses bénéfices pour le reboisement des forêts. L’argument de l’environnement, certes, est intéressant. Les verres sont en outre, de bonne qualité en gamme standard (nano revêtement de 8 couches); et de très bonne qualité pour la gamme Plus + (nano revêtement de 20 couches). Il y a 12 diamètres disponibles dans chacune des gammes.

Que dire des filtres de K & F concept alors que tous les superlatifs ont déjà été utilisés plus haut? Le fabriquant nous dit que ses filtres sont « haute définition, haute résolution, haute fidélité ». Tous ces qualificatifs sont commerciaux. Retenons qu’ils ont un très bon comportement à l’eau (qui glisse sur le verre), une très grande résistance aux rayures et une moindre diminution de la luminosité par rapport aux concurrents.

Je finirai par la marque Hoya, référence en matière de filtres. Vous pouvez opter pour les bonnes gammes Pro 1 et Nona HD. Ils sont un plus chers mais on trouve des promotions dans certains diamètres d’une manière aléatoire. Je ne vous propose pas de lien pour ces produits dont les prix fluctuent mais vous pouvez les acheter en toute confiance.

Nisi Pro Nano HUC C-PL

  • élimine les reflets,
  • accentuation des couleurs,
  • sature les tonalités,
  • très haute définition,
  • nano revêtement,
  • monture ultra fine.
  • 10 diamètres disponibles sous le lien ci-contre

Urth CPL standard

  • suppression des reflets à 99 %,
  • bonne saturation des couleurs,
  • contrastes accentués,
  • verre japonais AGC 8 couches.
  • en cas d’exposition à l’eau des gouttelettes restent sur la surface du verre.
  • monture normale,
  • 12 diamètres disponibles sous le lien ci-contre.

Urth CPL Plus +

  • suppression des reflets à 99 %,
  • très bonne saturation des couleurs,
  • contrastes accentués,
  • verre allemand SCHOTT, 20 couches,
  • rotation douce,
  • en cas d’exposition à l’eau, l’eau coule sur le verre,
  • 12 diamètres disponibles dans le tableau ci-dessous.

K & F concept Nano X MRC HD

  • très grande diminution des reflets,
  • clarté de l’image dans les conditions brumeuses,
  • saturation augmentée,
  • contrastes augmentés,
  • maintien de la balance des couleurs
  • monture fine,
  • 14 diamètres disponibles.

Conclusion

Vous l’avez compris: toutes ces gammes sont satisfaisantes. En fonction du diamètre dont vous avez besoin, faites votre comparatif de prix en cliquant sur les liens. Si je prends un 67 mm, les prix sont du simple au double 34 € pour Urth standard, à 69 € pour Urth Plus +, 70 € pour Nisi et enfin en intermédiaire 58 € pour le K & F. Toute considération environnementale mise à part, il me semble que le meilleur rapport qualité / prix revient K & F concept.

Je vous donne rendez-vous dans un nouvel article : Le filtre UV . J’aborderai, outre les filtres anti ultraviolets, les filtres de protection neutres.

Vous pouvez laisser un commentaire dans le cadre ci-dessous, vous abonner à notre bulletin d’information ou nous suivre sur les réseaux sociaux (liens dans le cadre suivant).

À bientôt.

Published by

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.